Agendapoetique06

Le Printemps des poètes à La Colle s/ Loup


Le jeudi 21, le vendredi 22 Mars et le samedi 23 mars :

logo

06480

LE PRINTEMPS EN FÊTE DES FOUS DU LOUP

organisé par La Voix des Autres et Danger Poésie

avec le soutien de la municipalité de La Colle s/Loup

(Rencontres, Poésies, concerts, théâtres, performances, chants)

PJ385_15ePdP-AFF-20x30-w

Voix des poètes

Soirée du 21 mars dans la Salle de la Rose de mai à 20h30 :

Spoken word/ Poésie orale 

Cette soirée sera dédiée à Didjéko (poète et slameur) qui a « plié bagages » pour l’Ailleurs.

avec Pascal Giovannetti, écrivain, poète et performeur et les invités de DANGER POÉSIE 

En première partie : 

– une « mise en voix » et en rythmes de Cee Jay (poète, slameur et musicien bruxellois) et son  Olivier Vanderaa (poète, slameur, artiste – performeur, musicien,vidéaste, photographe …lui-aussi de Bruxelles la belle).

– Performance de Sabine Venaruzzo, poète, musicienne et comédienne.

De nombreux invités surprises venant de divers horizons poétiques et géographiques viendront apporter leur tribut à cette fête de la poésie orchestrée par l’intrépide slam master Pascal Giovannetti.

André Chenet présentera les poètes vagabonds Patrick Aspe et Christophe Bregaint.

Soirée du 22 mars

Grande Nuit de la Poésie :

1ère partie :

Spectacles à La Rose de Mai à 20h30 :

Le petit théâtre magique , de et avec Aurore accompagnée de ses musiciens; Angélique Aveillan avec des extraits de son dernier spectacle de cabaret « Berlin, Paris, Buenos-Aires« ; HOT CLOUD 9, « Poésie around the Rock« ; Lise Tsitsiridès chante Dom Corrieras, Lobsang, poète et troubadour des temps modernes Marie-Chritine Frézal (auteur, poète, comédienne, metteur en scène).

Cette soirée se déroulera avec l’amical accompagnement du poète de Coaraze, Paul Mari, parrain d’Honneur du festival « Les Fous du Loup ».

-1-1

2eme partie en « nocturne » :

 La Voix des poètes (Entretiens, Lectures, Extraits de Spectacles de poésie, Performances, Musiques et Chants)

dans la salle de La Paillère à 22h00

Une escapade poétique sous la houlette de André Chenet

en compagnie de :

Christophe Bregaint, Cee Jay, Olivier VanderaaAnne No, Jean-Michel Sananès, Poètes & co, Pierre-Jean Blazy et les poètes de l’association Les Mots d’Azur

Olivier Legrand, artiste peintre hyperréaliste, exposera quelques unes de ses grandes compositions au Théâtre de La Rose de Mai et dans la salle de la Paillère.

Le 23 mars, au Théâtre de La Rose de Mai, à partir de 15h30 :

Concert du groupe ON CLOUD NINE, avec en première partie Mademoiselle Lise (chanson française)

Le numéro 6 de la revue de poésie La Voix des Autres sera présentée lors de ces rencontres. Le vendredi 22 mars, un buffet sera mis à disposition des convives.

-1-1

E-mail : lesfousduloup@gmail.com

À lire sur DANGER POÉSIE : Le Printemps arrive, les poètes chantent

La Voix des Autres n°4 (suite)

Posted in Non classé by André Chenet on août 3, 2010

Le numéro 4 de la revue « La Voix des Autres » sera présentée, avec qu à Nice, Antibes, La Colle s/ Loup et dans plusieurs villes françaises à partir du mois de septembre. Des lithographie à tirage limité de Pascal Gabet, illustrateur de ce numéro intitulé « La Révolution amoureuse des poètes » seront mis en vente afin de soutenir cette revue qui ne bénéficie d’aucune subvention ni de support publicitaire. Nous vous communiquerons les dates de nos rendez-vous très prochainement. Bel été à vous tous. André Chenet

Illustration Pascal Gabet

« La Poésie est un jeu dangereux »  Friedrich Hölderlin

« …Nous témoignons avec nos émotions, aussi violentes puissent-elles être, nous nous frayons des voies d’humanité, armés de prestigieuses visions passionnelles, qui ne cesseront de nous dérouter pour nous éconduire là où nous n’étions déjà plus attendus... » André Chenet (Extrait de l’éditorial)

SOMMAIRE

Florence Noël: Les fantômes de l’infini peu

p2
« …/…
parfois
un marin, un tueur de loups, un gaveur de monstres, un enfant ajouré,
revenait tard de son rendez-vous
avec son dernier fantôme
on les convoquait à l’orée des sables

…/… »

Didier Manyach: Zéro Heure

p4
« …/…
Des barques creusées avec du feu
Des os de bêtes froides
Des chargements d’or et d’armes.
Des terres inhabitées et des familles affamées.
Cols enneigés puis détroits de glace
parcourus par des hordes
et sur les remblais des tombes collectives.
La mer n’était qu’une vaste plaine
Une steppe sans fin

…/… »

Katy Rémy: Récits de la grande peste

p5

« ...s’il y avait une volonté commune c’était bien dans le fait de s’enfermer ici et d’en terminer avec la société quelle qu’elle soit, d’incorrigibles rêveurs avaient conservé des crayons et du papier, à peine découverts on les trucidait sur le champ, on faisait sauter les navires, exploser les avions, nous allions à notre perte avec la conviction et je peux le dire la joie d’une enfant qui s’envole pour imiter les oiseaux, nous n’attendions pas la mort  inactifs, nous nous aidions à mourir les uns les autres dans un immense élan d’humanité… »

Camille Loty Malebranche: Désenchantement

p8
« …/…
Je me suis réveillé
Et je n’ai vu que la lourdeur de nos gestes et l’interaction de nos maux
Jonglerie maniaque pour nos spartiates désabusés,
Nos fauves anthropomorphes, anthropophages

…/… »

Jean-Marc La Frenière: Qu’avons-nous fait de la beauté du monde?

p11

« Dépossédée de tout par les machines à sous, la tirelire éventrée des ghettos solde son sang et sa sueur. Des enfants de douleur y jouent à l’homme viril entre de vieilles capotes et des seringues sales. On ne leur a laissé qu’une vie suceuse de souffrance, la merde des vieillards, la dérision du monde dans les sacs à ordures. Le niveau de vie descend mais le Dow Jones remonte… »

Yann Orveillon: La Passion Rimbaud

p13

« ...Quel que soit le degré de conscience qu’il ait de son aliénation, l’observateur qui ne fait pas lui-même œuvre de poète ne pourra s’empêcher de juger de la poésie comme d’un acte gratuit. N’ayant pas de valeur marchande elle n’a pas de valeur d’échange ; donc elle est gratuite ; de là à penser qu’elle ne sert à rien !… »

Ghyslaine Leloup: Ce monde en germination n’attend que notre courage

p18
« …/…
La terre assoiffée de miracles
Révélera ses chants d’accordailles
Et nos serments d’amour confisqués

…/… »

Tahar Bekri: Palestine Salam
p19
« …/…
Si Jénine en arabe est fœtus et embryon
Que tu enterres vivant oublieux de l’Histoire
Si la poudre est ton encensoir
Si tes fusées blessent ma nuit sombre

Tes dalles se consolent-elles d’être mes décombres ?
…/… »

Jullian Isabelle: Les Murs Hauts

p21
« …/…
Saïda marche…
Elle marche longtemps
sous le feu des fusils.
Sous l’orage des bombes
en chantant un air très doux
pour bercer son petit frère

…/… »

Pedro Vianna: J’étais là

p22
« …/…
je vis l’homme s’élever dans sa chute
je vis l’homme se préserver dans sa mort
je vis l’homme grandir dans sa négation

…/… »

André Laude: Poèmes retrouvés

p24
« …/…
Nous somme le peuple de la cendre de l’angoisse et de l’offense
nous sommes la race dispersée le long des pistes du sang
nous sommes ce gigantesque tas d’ossements renouvelé aux heures débiles de la violence
nous sommes le le livre sacré où sont consignés combats défaites espoirs
Nous ne sommes plus seuls perdus dans une nuit putride gouvernée par les monstres

…/… »

– CAHIER SPÉCIAL emmanuelle k : Les brutes (version intégrale)

p26
« …/…
Et vos yeux de morts nés
lamentablement roses d’un sang sans fluidité
et vos têtes obtuses de pauvres harangueurs
n’y voient rien
n’y comprennent goutte.
Mais le terrible instinct de bêtes de mort qui vous
habite
sent la chose rare
la chose unique
la chose vivante
donc à tuer

…/… »

Tristan Cabral: Hôpital Général

p32
« …/…
dans un autre dortoir
attaché à un radiateur
le visage éclaté sous des serviettes blanches,
on interroge un vieux poète
qui avait peint Jésus
faisant la croix de fer
sur un trapèze volant

…/…

Christian Erwin Andersen: La norme jubilatoire (Réflexion, suivie d’un choix de poèmes)

p34

« ...Il faut « prendre et créer du bonheur », un bonheur simple, situé aux antipodes de la boulimie consommatrice, le bonheur du guépard paresseusement allongé sur une branche d’arbre dans une nature intacte, le bonheur du pêcheur à la ligne, et le faire voir, le manifester, en concevoir une légitime fierté et souhaiter qu’il provoque chez l’autre le désir d’y goûter à son tour… »

Nathalie Riera: ClairVision

p38
…/…
à nos bouches, vertes les feuilles du rêve
quand tu me penses entre alinéas & versets

enroulé dans le silence
à boutonnage où tu me défaits
tes mains liées au lin
me déboucle dégrafe déplie & je me confie
au rythme de l’écume au chaud de l’ardeur

…/…

Carlos Henderson: L’excès noir

p40
« …/…
il dit
il faut tout recommencer, il faut refaire le monde, continuer la phrase infinie
les éclats de la parole sillonnant le néant

il dit
continuer creuser encore dans l’obscur de là viendra l’ éblouissement
pas de pacte avec l’absurde : un pacte avec mon vide et la limpide plaine
de la parole

…/… »

Cristina Castello: Marées

p43
« …/…
Aux ciseaux je me coupai de l’alphabet
Je me châtrai de ma patrie* d’encre et de sève
Sans où et sans rien dans ce Sud
Exilée de l’écho de mon alpha

…/…

Jean Joubert: Le retournement de la parole

p45
« …/…
Voici enfin l’inespéré :
un regard neuf
comme résurrection du regard de l’enfance
sur un jardin d’amour où le bonheur s’ouvrait
dans l’innocence de la rose

…/… »

Cristian Ronsmans: La poésie est-elle un jeu?

p47

« …Le divertissement est, bien évidemment, l’action de se divertir ou de divertir. Or divertir n’a rien de vulgaire, contrairement à une idée trop souvent reçue et acceptée, hélas. En fait se divertir, c’est être différent. C’est être autre, être l’autre, être l’Autre.

Cela remonte à la nuit des temps, à la « mimésis », procédé fort ancien utilisé dans tous les rites initiatiques à leur origine. Se différencier… »

Flaviano Pisanelli: (Italie): Genesi/Genèse

p49
« …/…
Tout d’abord le blanc
racine-mémoire
dans le désert de naguère
sourd aux fibres
des harpes-fossiles

e il mondo incapace
di sfiorare altro mondo

…/… »

Xavier Laïné: Front de brume et eau

p51
« …/…
Frêle évanescence
Au coeur même de la fracture
Ce qui demeure de vie
Entre fragments épars

Aux frontières abolies du temps
N’est que front de brume et d’eau

…/… »

Paul Mari: D’un pays qui n’existe pas encore

p53
« …/…
Comme d’autres boivent leur vin rouge
sur des coins de table
où se règlent
les conflits sociaux, les malédictions des dieux,
il espère la fin des vents d’orage,
que l’homme devienne l’homme

…/… »

Dom Corrieras: Poèmes inédits

p56
« … /…
Je changerai mes rêves
Par des dessins d’enfants
Sur la buée des vitres de trains
Traversant des hivers d’indifférence

…/… »

Marcel Moreau: Verbe et Vénus

p59
« …/…
Je te cherchais dans mes mots mon désir à te dire
J’ai trouvé dans les tiens ton amour à te faire

…/… »

André Chenet: Secret poème (Extraits)

p60
« …/…
Il y avait un enfant candide
qui décortiquait
l’endroit de l’envers
un enfant aux hanches étroites
avec des gestes aigus
qui jouait avec un oiseau vert

…/… »

Umar Timol: Sang (Extrait)

p62
« …/…
Tu es miroir. Et je te fracasse.

Et tes scissures tranchent mes veines. Et mon sang
longtemps après ma mort moissonnera ton souffle sur
les esplanades de la folie.
…/… »

Werner Lambersy: Coïmbra (Extraits)

p64
« …/…
Le chant s’était tu
Ou quelque chose dans le chant
On ne sait pas
Quelque chose
Qui n’avait pas sa place
Et faisait du silence
Une paupière sur une absence d’oeil

C’était sans importance
Pour le commerce ou les rapports
De forces
C’était sans importance
Dites-vous bien qu’on pouvait
S’en passer: la parole sans miracle
Avait encore de beaux jours

…/… »

Pier Mayer-Dantec: poèmes

p67
« …/…
Des chiens à la renverse
Couchent en nos cerveaux
Il va pleuvoir à verse
Sur le dos des dévots.

…/… »

A lire, à voir, à découvrir (Présentations, Événements, Actualités)

p68

Zen & Haïku (Essai d’André Chenet)

p69

« … Insaisissables éclats de miroir éclairant l’esprit, les haïkus (de la contraction de deux mots japonais : haïkaï-ka et hokku, le premier pouvant se traduire par poème libre tandis que le second suggère le verset initial d’un poème plus ou moins long composé par deux ou plusieurs personnes) se présentent tels d’humbles petites énigmes (koäns*) frémissantes, apaisantes, émerveillantes, indifféremment gaies ou tristes… »

« Il faut toujours écouter parler en soi
la voix des autres
«  Monny de Boully

Responsable de la publication: André Chenet – Conseiller littéraire: CE Andersen,
Conseiller artistique-maquette: Dom Corrieras – Dessin de couverture: Pascal Gabet
Impression: CAP 49, av. Georges Clémenceau BP 21 101 – 06002 Nice Cedex 1 Tél. 04 93 44 55 08
1er mai 2010 – ISSN 1766-6945

Tagged with: , , , ,