Agendapoetique06

Dans le corps du poème


 

Non-spectacle de poésie

André Chenet, accompagné par ses amis en poésie dont la troupe les pohémiens, interprétera sa dernière création au Moulin de Forville à Cannnes :

Dans le corps du poème (Version 4)

_ non spectacle de poésie _

« Un voyage par delà les dogmes et les concepts de la connaissance,

un voyage initiatique où la beauté

naît du noyau même de chaque instant,

de son irréversibilité et de sa perfection,

beauté rendue sensible

seulement par l’éclairage d’une conscience grandissante.« 

Avec :

Lise Tsitsirides (chant, )

Sylvain (accordéon)

et les diseurs :

Aïcha Chibane, Pascal Giovannetti et l’auteur.

 

 

 

 

 

 

Épopée vive, de Patrick Quillier


Patrick Quillier : Perfotmance

Patrick Quillier : Perfotmance

 

 

 

 

« Jean Arthur Rimbaud, 
Guillaume Apollinaire
René Guy Cadou
N’est-il pas vrai que la poésie
Brûle plus sûrement son homme
Que la sourde flamme du destin »

 Patrick Quillier, in « Épopée vive »

 















Cher Amis et compagnons en poésie,
Je vous signale la sur-venue de Patrick Quillier 
à Pari où il sera l'invité de Michel Baglin, 
à la brasserie François Coppée, le mercredi 24 février, 
à partir de 15h. 
 
Poète des "grandes largeurs" terrestres de l'esprit
 humain, il célébrera - entre murmures et criantes 
disparitions - la poésie et la geste d'une aventure
 qui de la naissance à la mort nous relie fondament
alement à tout ce qui mérite d'être vécu. 
Bien à Vous, 
André Chenet



Le Mercredi du poète

Le 24 février 2016, de 15h à 17h30

INVITÉ : Patrick Quillier présenté par François Minod
au premier étage de brasserie Le François-Coppée
1 boulevard du Montparnasse 
(angle du boulevard du Montparnasse avec la rue de Sèvres

et la Place Léon-Paul Fargue)
75006 Paris
métro Duroc

autobus : 28-39-70-82-87-92

Patrick Quillier. Il a longtemps erré en Europe, Afrique, Océan Indien, notamment comme enseignant de Lettres Classiques au Portugal, en Autriche, en Hongrie. Depuis 1999 il enseigne la Littérature Générale et Comparée à l’Université de Nice. Traducteur et éditeur de Fernando Pessoa en Pléiade, il a traduit des poètes portugais et hongrois contemporains.

Le premier vers de son recueil Office du murmure (1996, Éditions de la Différence) évoque
« toute une tentation de ténèbres », non pour revendiquer une posture hermétique, mais par
référence aux « leçons de ténèbres » de la musique baroque, dans lesquelles l’inévitable
travail du deuil se fait œuvre de vie. Le murmure est pour lui le modèle du poème et de la
musique, répétition tremblée de la force fragile du vivre, inlassable ostinato de liberté et de révolte.

Voix ténue qu’on n’entend guère, si ce n’est grâce à une fine écoute. Il espère que cela est sensiblenon seulement dans ses poèmes et ses compositions musicales, mais aussi dans ses articles, préfaces et essais universitaires.

Livres publiés : 

Office du murmure, Éditions de la Différence, 1996
Orifices du murmure, Éditions de la Différence, 2010
En cours de publication :
Nature vive, Éditions de l’Amandier
En préparation : 
Épopée vive (encyclopédie des paroles épiques)

L’entrée est libre à condition de prendre une consommation. Le serveur intervient (souvent discrètement) pour servir, rendre les commandes et se faire payer pendant la séance.

Voir sur Poésie TV le prologue à une épopée contemporaine : http://youtube.be/Errillm2d1hl

 

 

 

 

 

 

 

 

Poème-Monde, à Nice


univers

 

 

 

Hommage à Paul Mari


Paul Mari   ou :  La fin d’une histoire

« La poésie de Paul Mari n’a rien à proprement parler d’une partie de plaisir bien qu’elle dispense de singulières jouissances : avec des mots des hommes de tous les jours, des mots simples comme bonjour, tristes comme l’adieu … » André Chenet, extrait de la préface du dernier recueil de Paul Mari  « La fin d’une histoire » (L’Harmattan, 2011)

…/…
Des mots d’amour
s’agrippent aux écorces des chênes
avant d’être emportés par le vent

En cette campagne émue
chaque fleur offre le calme
de la pleine lumières

Paul Mari, derniers vers de son livre « La fin d’une histoire »

Les compagnons de Paul Mari, décédé le 10 janvier 2015, vous attendent dans le lieu brûlant qui fut son dernier repère en poésie :

Soirée en hommage au poète de Coaraze

Paul Mari le 04/02/2015 à 19h00
à La Cave Romagnan
22 Rue d’Angleterre, NICE – 06100 -
Paul Mari, poète du quotidien – Café poésie, scène ouverte
Programme sur : Le Printemps des poètes

 

 

Rendez-vous sur : DANGER POESIE :
http://poesiedanger.blogspot.fr/search/label/Paul%20MARI

Tagged with: , ,